Connect with us

Africa

Les Africains appellent la communauté mondiale à honorer son engagement en faveur d’une transition énergétique « juste et inclusive » (Par NJ Ayuk)

Published

on

Les Africains appellent la communauté mondiale à honorer son engagement en faveur d’une transition énergétique « juste et inclusive » (Par NJ Ayuk)

Les perspectives de l’AEC 2022 explorent en détail les avantages que les énergies renouvelables représentent pour l’Afrique

JOHANNESBURG, Afrique du Sud, 25 octobre 2021/APO Group/ —

Par NJ Ayuk, président exécutif de la Chambre africaine de l’énergie (www.EnergyChamber.org)

Les Africains appellent la communauté mondiale à honorer son engagement en faveur d’une transition énergétique « juste et inclusive » (Par NJ Ayuk)

Lorsque près de 200 dirigeants de gouvernements et d’entreprises du monde entier ont signé l’Accord de Paris en décembre 2015, ils ont fait plus que s’engager à réduire les émissions de gaz à effet de serre pour lutter contre le changement climatique.

Ils ont également appelé les pays développés à contribuer au financement considérable, aux transferts de technologie et au renforcement des capacités dont les pays sous-développés ont besoin pour réussir la transition des combustibles fossiles émetteurs de carbone vers les sources d’énergie renouvelables.

Les Africains appellent la communauté mondiale à honorer son engagement en faveur d’une transition énergétique « juste et inclusive » (Par NJ Ayuk)

Tout aussi important, le traité qu’ils ont signé appelle à une transition énergétique « juste et inclusive », ce qui signifie que la route vers les sources d’énergie renouvelables ne doit pas être jonchée de bien-être économique, de sécurité énergétique et de stabilité des pays en développement du monde. Cela signifie que les décisions de réduire les émissions de CO2 ne doivent pas être prises de manière large et radicale, mais en tenant compte des impacts potentiels sur les individus et les communautés. Et cela signifie que ceux qui risquent d’être touchés par les efforts de réduction des émissions de gaz à effet de serre auront leur mot à dire sur la manière dont ces mesures sont mises en œuvre.

Reconnaître la nécessité d’une transition énergétique juste représente le meilleur de la coopération mondiale.

Malheureusement, ce que nous avons observé dans la pratique n’est pas exactement à la hauteur de ces idéaux. Ce que nous voyons à la place est plutôt une mentalité « la fin justifie les moyens lorsqu’il s’agit de prévenir le changement climatique ». L’anxiété liée au changement climatique semble éclipser la raison, le respect et la compassion.

Les Africains appellent la communauté mondiale à honorer son engagement en faveur d’une transition énergétique « juste et inclusive » (Par NJ Ayuk)

L’approche de la communauté mondiale à l’égard de l’industrie énergétique africaine, en particulier, ressemble parfois à une foule paniquée sortant d’une salle de cinéma après le déclenchement d’une alarme incendie, inconsciente de ceux qui sont piétinés dans le processus.

Au cours des deux dernières années, la communauté mondiale a accru la pression sur les pays africains pour accélérer leur transition énergétique. Ils ont poussé les institutions financières à se désinvestir du pétrole, du gaz et du charbon. Les investissements dans les projets pétroliers et gaziers africains ont considérablement diminué, et pire encore, les pays, les organisations et les institutions financières ont commencé à faire pression sur ceux qui envisagent encore des investissements africains pour qu’ils reconsidèrent.

Pendant ce temps, les engagements de financement des pays développés envers les pays en développement, des milliards de dollars en financement climatique, n’ont pas été tenus.

Les Africains appellent la communauté mondiale à honorer son engagement en faveur d’une transition énergétique « juste et inclusive » (Par NJ Ayuk)

Ce n’est pas à ça que ressemble une transition énergétique juste.

Si le monde veut vraiment honorer les objectifs de l’Accord de Paris, alors nous ne pouvons pas choisir les parties auxquelles nous nous conformons.

C’est pourquoi nous appelons à adhérer à l’appel de l’Accord de Paris pour une transition énergétique « juste et inclusive ». Celui qui prend en compte les besoins, les priorités et les défis uniques de chaque pays. Celui qui permet aux pays africains de définir le calendrier de leurs transitions énergétiques afin qu’ils puissent pleinement capitaliser sur les avantages potentiels de leur transition énergétique tout en minimisant les percussions négatives.

Les Africains appellent la communauté mondiale à honorer son engagement en faveur d’une transition énergétique « juste et inclusive » (Par NJ Ayuk)

Nous abordons ce sujet en profondeur dans les Perspectives énergétiques en Afrique 2022 (« L’état de l’énergie en Afrique 2022 ») que nous publions ce mois-ci. Le rapport explore les opportunités que représentent les énergies renouvelables pour les pays africains, ainsi que les défis importants associés à l’abandon prématuré des combustibles fossiles, des impacts sur les revenus du gouvernement aux opportunités manquées pour lutter contre la pauvreté énergétique généralisée des continents.

La promesse et les limites des énergies renouvelables en Afrique

Trop souvent, lors des conversations sur le paysage énergétique de l’Afrique, les gens supposent que moi – et la Chambre africaine de l’énergie (AEC) – sommes tellement occupés à protéger les industries pétrolières et gazières du continent que nous avons perdu de vue l’importance et la valeur d’ajouter des énergies renouvelables. , y compris le solaire, l’éolien et l’hydrogène, au mix énergétique de l’Afrique. Ce n’est tout simplement pas vrai. En fait, les perspectives de l’AEC 2022 explorent en détail les avantages que les énergies renouvelables représentent pour l’Afrique.

Les Africains appellent la communauté mondiale à honorer son engagement en faveur d’une transition énergétique « juste et inclusive » (Par NJ Ayuk)

Notre rapport appelle à un bouquet énergétique africain plus large pour répondre à la demande énergétique croissante en Afrique, et il note que l’augmentation de l’utilisation et de la production d’énergies renouvelables devrait entraîner la création d’emplois, la croissance économique, des avantages sociaux et sanitaires, ainsi que l’atténuation du changement climatique. L’Agence internationale des énergies renouvelables (IRENA) affirme que les énergies renouvelables créeront 45 millions d’emplois dans le monde d’ici 2050 et entraîneront une augmentation de 2,4% du PIB mondial.

C’est une nouvelle vraiment excitante. Cependant, ces avantages mondiaux ne seront pas nécessairement répartis également, du moins pas encore. Lorsque nous parlons de la croissance de l’industrie des énergies renouvelables en Afrique, nous devons tenir compte des déficits de capacité qui existent ici. En 2018, par exemple, la Banque mondiale a signalé que si l’énergie solaire était un moyen prometteur de lutter contre la pauvreté énergétique en Afrique et en Asie, les deux continents manquaient de « talents prêts à l’emploi pour financer, développer, installer, exploiter et gérer des systèmes d’énergie solaire et d’autres -les solutions énergétiques du réseau.

Tant que nous ne répondrons pas au besoin de renforcer les capacités locales, les particuliers et les entrepreneurs africains ne seront pas en mesure de tirer pleinement parti des opportunités d’emploi et d’affaires que représentent les nouvelles et élargies opérations d’énergie renouvelable. Les entreprises étrangères prendront les devants. Les travailleurs seront amenés des pays occidentaux. Les Africains peuvent obtenir des postes de niveau d’entrée – ce à quoi je ne m’oppose pas du tout – mais beaucoup seront ignorés lorsqu’il s’agira de postes mieux rémunérés avec plus de responsabilités.

Les Africains appellent la communauté mondiale à honorer son engagement en faveur d’une transition énergétique « juste et inclusive » (Par NJ Ayuk)

C’est pourquoi l’AEC prône le partage des technologies et des compétences entre les investisseurs occidentaux et africains. C’est pourquoi nous demandons la création de réglementations sur le contenu local adaptées aux secteurs des énergies renouvelables et des initiatives de financement qui aideront les entrepreneurs locaux à concurrencer efficacement leurs homologues occidentaux. La plupart des acteurs des énergies renouvelables en Afrique ne sont pas africains. Les Africains ont peu ou pas accès au financement. Le niveau de participation africaine à cette économie verte est très faible et cela crée plus de doutes sur l’ouverture de l’industrie à de nombreux jeunes qui veulent sérieusement en être des acteurs. Il est raisonnable d’exiger des règles du jeu équitables pour les Africains – et le temps nécessaire pour les créer.

Bien sûr, le temps n’est qu’une partie de l’équation. Pour être franc, les pays africains auront également besoin d’argent. Ils doivent mettre la peau dans le jeu. C’est mal d’attendre que l’Europe et l’Amérique vous aident à construire votre économie ou même à financer la croissance énergétique. Ce modèle d’aide étrangère n’a pas fonctionné dans le passé et ne fonctionnera pas à l’avenir.

Une conversation honnête sur l’argent

Les Africains appellent la communauté mondiale à honorer son engagement en faveur d’une transition énergétique « juste et inclusive » (Par NJ Ayuk)

La généralisation de l’utilisation et de la production d’énergies renouvelables coûte cher. Ce n’est pas unique à l’Afrique : les pays du monde entier investissent beaucoup d’argent dans leurs propres transitions énergétiques. Rien qu’en 2020, les dépenses mondiales consacrées à la transition énergétique ont totalisé 501,3 milliards de dollars, selon le rapport Energy Transition Investment Trends de BloombergNEF (BNEF).

« Une répartition géographique des données d’investissement de la BNEF dans la transition énergétique montre que l’Europe représentait la plus grande part des investissements mondiaux, avec 166,2 milliards de dollars (en hausse de 67 %), avec la Chine à 134,8 milliards de dollars (en baisse de 12%) et les États-Unis à 85,3 milliards de dollars (en baisse de 11 %) », a déclaré Felicia Jackson, journaliste sur le développement durable, pour Forbes plus tôt cette année.

Comme le dit AEC Outlook, les énergies renouvelables peuvent favoriser la croissance économique (dans les bonnes circonstances), mais cette croissance a un coût.

Les Africains appellent la communauté mondiale à honorer son engagement en faveur d’une transition énergétique « juste et inclusive » (Par NJ Ayuk)

« Une croissance égale doit être observée dans les investissements annuels, car le système énergétique africain doit doubler l’investissement d’ici 2030 pour atteindre 40 à 65 milliards de dollars », indique le rapport.

La baisse du coût des technologies énergétiques vertes sera utile, poursuit le rapport, et nous avons constaté des engagements à investir dans les énergies renouvelables africaines. Par exemple, la Banque africaine de développement (BAD), le ministère coréen de l’Économie et des Finances et la Banque d’exportation et d’importation de Corée fournissent 600 millions de dollars pour des solutions d’énergie renouvelable.

Le rapport cite ensuite les efforts de la Société financière internationale (IFC) et de la Fondation Rockefeller (RF), qui se sont associés pour mobiliser 2 milliards de dollars d’investissements du secteur privé dans des solutions d’énergie renouvelable distribuée, notamment la mise à l’échelle d’un programme de mini-réseau et d’énergie de batterie. espace de rangement. Il y a aussi d’autres exemples.

Les Africains appellent la communauté mondiale à honorer son engagement en faveur d’une transition énergétique « juste et inclusive » (Par NJ Ayuk)

Mais, honnêtement, quand on regarde le niveau des investissements réalisés ailleurs, les activités en Afrique ne peuvent être décrites que comme un bon point de départ. Nous aurons besoin de plus.

Pays uniques, besoins uniques

La transition énergétique qui marche pour la Grande-Bretagne, ou la Norvège, ou le Japon ne va pas marcher pour les pays africains. Notre continent et chacun de nos pays ont des besoins et des défis uniques. Notre rapport n’a pas hésité à les aborder, même des situations qui reflètent mal les pays africains et leurs gouvernements, d’un manque de cadres réglementaires et juridiques, qui peuvent rendre les investissements dans les énergies renouvelables plus chers, aux problèmes avec les réseaux électriques existants.

Les Africains appellent la communauté mondiale à honorer son engagement en faveur d’une transition énergétique « juste et inclusive » (Par NJ Ayuk)

« Il est important de noter que chaque pays a des points de départ socio-économiques et des ambitions politiques différents, qui les mèneront sur des chemins différents dans la transition énergétique. Le rythme de la transition est dicté par la dépendance actuelle de chaque pays aux combustibles fossiles, la productivité industrielle existante, les choix technologiques futurs et la profondeur/diversité des chaînes d’approvisionnement nationales », indique le rapport.

Et bien que cela puisse sembler contre-intuitif pour le monde occidental, l’utilisation stratégique du pétrole et du gaz peut aider les pays africains à relever ces défis. Le gaz peut être monétisé et utilisé pour créer des infrastructures qui soutiennent la diversification économique. Il peut également être utilisé pour minimiser la pauvreté énergétique, qui a rendu la croissance économique presque impossible pour de nombreux pays africains.

De plus, la présence même des compagnies pétrolières internationales (IOC) en Afrique permet des transferts de technologies indispensables, qui contribueront à ouvrir la voie à une transition énergétique réussie.

Les Africains appellent la communauté mondiale à honorer son engagement en faveur d’une transition énergétique « juste et inclusive » (Par NJ Ayuk)

Des mondes différents, des opportunités différentes

Nous trouvons frustrant de voir la communauté mondiale rejeter des activités commerciales ayant un grand potentiel pour profiter aux populations, aux communautés et aux entreprises africaines simplement parce qu’elles impliquent des combustibles fossiles. Il est difficile d’être ému par des platitudes écrites par des gens dans une réalité complètement différente, dans un monde où la sécurité énergétique est une donnée et les actes de terrorisme déclenchés par le manque d’emplois ou l’incertitude économique sont impensables.

Ne soyez pas si prompt à snober – ou à entraver – les opportunités qui pourraient signifier le monde pour les Africains. Une petite poignée d’exemples inclus dans le rapport sur les perspectives de l’AEC sont :

Les Africains appellent la communauté mondiale à honorer son engagement en faveur d’une transition énergétique « juste et inclusive » (Par NJ Ayuk)

Le développement flottant de stockage et de déchargement de production (FPSO) Bonga Southwest – Aparo au large du Nigeria et le FPSO Pecan au large du Ghana ont pris de l’ampleur ces derniers mois. L’offshore angolais Cameia – Golfinho opéré par TotalEnergies est en cours de pré-FEED (Front-End Engineering Design). Les projets Tilenga et Kingfisher South, tous deux situés en Ouganda, sont désormais approuvés et permettront de mettre en service près de 1,2 milliard de barils de pétrole d’ici cinq ans.

Les opérateurs de la région se sont également concentrés sur l’accélération des découvertes récentes telles que Cuica et Eban dans les eaux profondes de l’Angola et du Ghana respectivement, en raison de leur proximité avec les infrastructures existantes.

Chacun de ces projets représente des opportunités de création d’emplois significatives, de nouveaux emplois pour les entrepreneurs locaux, de croissance et de développement économiques, de monétisation, de développement d’infrastructures, de transferts de technologie, de renforcement des capacités et de monétisation pour les pays et communautés africains. Ils comptent.

Les Africains appellent la communauté mondiale à honorer son engagement en faveur d’une transition énergétique « juste et inclusive » (Par NJ Ayuk)

Inclure l’Afrique dans la conversation

La Chambre africaine de l’énergie plaide pour une transition énergétique juste pour les pays africains, une transition qui soutienne les objectifs internationaux de réduction des émissions et de production climatique sans mettre les besoins et les priorités africaines sur le billot.

Nous sommes impatients de travailler aux côtés de la communauté internationale pour atteindre cet objectif. Nous demandons simplement des conversations au lieu de conférences, des partenariats et des investissements au lieu d’interférences et d’obstacles.

Les Africains appellent la communauté mondiale à honorer son engagement en faveur d’une transition énergétique « juste et inclusive » (Par NJ Ayuk)

Nous réalisons que la communauté internationale dispose de précieux conseils, de connaissances et d’avancées technologiques dont les nations africaines peuvent bénéficier. Nous voudrions simplement que le reste du monde reconnaisse que les voix africaines ont également beaucoup à apporter.

Peut-être qu’alors, nous pourrons construire un avenir qui est bon pour nous tous – et ouvrir la voie à une transition énergétique vraiment juste et inclusive.

Short Link: https://wp.me/pcj2iU-3DnE

Les Africains appellent la communauté mondiale à honorer son engagement en faveur d’une transition énergétique « juste et inclusive » (Par NJ Ayuk)

NNN is a Nigerian online news portal that publishes breaking news in Nigeria, and across the world. We are honest, fair, accurate, thorough and courageous in gathering, reporting and interpreting news in the best interest of the public, because truth is the cornerstone of journalism and we strive diligently to ascertain the truth in every news report. Contact: editor @ nnn.ng. Disclaimer.