Connect with us

APO

Zone de Libre-Echange Continentale (ZLECAf) : des efforts conjoints et pragmatiques sont nécessaires pour que le Soudan bénéficie de ses points forts

Published

on

Télécharger le logo

Le Bureau de la CEA pour l'Afrique du Nord, le Ministère de l'industrie et du commerce de la République du Soudan et la Corporation Internationale Islamique du Financement du Commerce (ITFC) (http://www.ITFC-IDB.org) ont lancé dimanche à Khartoum (Soudan) un dialogue avec les parties prenantes sur la Zone de Libre-Echange Continentale (ZLECAf).

« Nous devons travailler de manière coordonnée et pratique en vue de nous assurer que le Soudan bénéficie de la ZLECAf et tire le meilleur parti possible de ses points forts – sa main-d’œuvre, son agriculture et son industrie – pour accroître ses exportations vers les pays africains », a déclaré Khaled Hussein, directeur par intérim du Bureau de la CEA en Afrique du Nord.

“L’ITFC est déterminée à travailler en étroite collaboration avec ses partenaires et contribuer à cette importante initiative qu’est la ZLECAf, surtout en ces temps difficiles. Le commerce intra-africain peut jouer un rôle déterminant dans le réveil économique du continent africain ; et le Soudan, de par ses abondantes ressources et son importance stratégique, disposera d’un énorme potentiel d’export, et, de là, de concrétisation d'une plus grande inclusion socio-économique à travers le pays », a commenté Eng. Hani Salem Sonbol, PDG de l'ITFC.

Organisée à la demande du Ministère soudanais de l’Industrie et du Commerce, cette rencontre a pour but de sensibiliser les parties prenantes à l’impact potentiel de la ZLECAf sur l’économie nationale et aux meilleurs moyens de s’assurer que le Soudan bénéficiera de cet accord commercial international.

Cette formation sera ainsi l’occasion pour des responsables, des représentants du secteur privé et de la société civile ainsi que des universitaires d’améliorer leur compréhension des enjeux et défis de la ZLECAf. Elle permettra en outre de renforcer la capacité des décideurs soudanais à concevoir et à mettre en œuvre des politiques pour développer davantage le secteur de l’export et renforcer l’appareil productif national.

La ZLECAf, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2021, a pour ambition de devenir le plus grand bloc commercial du monde et générer un marché de plus de 1,2 milliard de consommateurs.

Un an après le début de la crise économique causée par la pandémie de la Covid-19, la Commission économique pour l'Afrique et ses partenaires estiment que la ZLECAf peut jouer un rôle clé dans l'accélération de la reprise économique du continent africain en facilitant une transformation structurelle des économies africaines qui permettra leur « reconstruction en mieux », sur des bases plus résilientes et solides.

Alors que les experts identifient des potentiels de croissance importants pour les secteurs et produits soudanais tels que les mines, le cuir, les agro-industries et le textile, il reste encore beaucoup à faire pour restaurer et moderniser les secteurs financiers et industriels nationaux et accroître leur compétitivité sur les marchés commerciaux africains et mondiaux.

Le dialogue des parties prenantes sur la ZLECAf est le premier d’une série de trois ateliers conjointement organisés par le Bureau de la CEA pour l'Afrique du Nord et la Corporation Internationale Islamique du Financement du Commerce (ITFC) de la Banque Islamique de Développement.

Courant 2021, deux autres rencontres sont prévues sous les thème : « Chaînes de valeurs régionales en Afrique du Nord et opportunités dans le contexte de la ZLECAf », pour sensibiliser les représentants des secteurs public et privé soudanais aux chaînes de valeur régionales existantes en Afrique et en particulier en Afrique du Nord; et «L'accès aux marchés du continent africain pour les produits soudanais», sur le potentiel de promotion des exportations soudanaises dans le contexte de la ZLECAf.

Articles récents