Connect with us

Nouvelles

Le Niger se prépare à une transition historique lors du scrutin présidentiel

Published

on

Les gens se tiennent sur un marché à Diffa, dans le sud-est du Niger, près de la frontière nigériane, le 23 décembre 2020, avant les élections générales du 27 décembre 2020 au Niger. (Photo par Issouf SANOGO / AFP)

Le Niger espère entrer dans l'histoire dimanche lorsque les élections l'ont mis sur la bonne voie pour sa toute première transition pacifique du pouvoir malgré une insurrection islamiste déchaînée et des difficultés économiques.

Pays le plus pauvre du monde selon une référence clé de l’ONU, la nation du Sahel n’a jamais vu deux dirigeants élus passer le pouvoir depuis l’indépendance de la France il y a 60 ans – le dernier coup d’État remonte à dix ans seulement.

Le responsable depuis, le président Mahamadou Issoufou, a obtenu des notes élevées pour avoir annoncé qu'il passera le relais à son successeur élu.

Deux autres pays d'Afrique de l'Ouest, la Guinée et la Côte d'Ivoire, ont été secoués par la violence cette année après que leurs chefs d'État ont poussé à modifier la constitution.

Ils ont déclaré que leur compteur sur les limites présidentielles avait été remis à zéro, ce qui leur a permis de soumissionner pour un troisième mandat – une décision qui a déclenché des manifestations sanglantes.

«Mon désir le plus ardent est de céder le pouvoir en 2021 à un successeur démocratiquement élu», a déclaré Issoufou.

«Ce sera ma plus belle réalisation – ce sera une première dans l’histoire de notre pays.»

Le président français Emmanuel Macron a fait l'éloge d'Issoufou, le qualifiant d '«exemple de démocratie» tandis que son ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré que «la qualité des élections (du 27 décembre) sera une référence pour toute l'Afrique. "

D'autres ont eu un ton plus sceptique, soulignant le rôle dominant joué par l'armée, qui a chassé en 2010 un président très populaire, Mamadou Tandja, qui avait les yeux rivés sur un troisième mandat.

Issoufou «n’est pas candidat pour un troisième mandat parce qu’il ne le veut pas, mais parce qu’il n’a pas le choix», a déclaré Bounty Diallo, ancien militaire et professeur à l’université de Niamey.

Crise de sécurité Une autre faille dans le tableau optimiste est l'absence d'un candidat de l'opposition de premier plan.

L'ancien Premier ministre Hama Amadou, 70 ans, a été empêché le mois dernier de contester le vote au motif qu'en 2017, il a été condamné à un terme de 12 mois pour trafic présumé de bébés – une accusation qui, selon lui, était fausse. En mars, il a obtenu une grâce présidentielle alors qu'il voyait sa peine.

Mohamed Bazoum, 60 ans, ancien ministre de l’Intérieur et des Affaires étrangères qui est le successeur désigné d’Issoufou, est en tête dimanche, après une campagne dominée par la question de la sécurité.

Le Niger est martelé par les djihadistes du Mali voisin et du Nigéria, berceau de l'insurrection vieille de dix ans lancée par Boko Haram, et par des gangs armés.

L'année dernière, plus de 250 personnes sont mortes et il y a eu plus de 250 enlèvements, selon les chiffres de l'ONU.

Les attaques djihadistes ont déplacé des centaines de milliers de personnes et se sont rapprochées de plus en plus de la capitale Niamey.

En août, six touristes français et leurs deux guides nigériens ont été massacrés dans le parc national de Koure, à seulement 60 kilomètres (37 miles) de la ville.

Le 12 décembre, 34 personnes ont été massacrées lors d'une attaque de Boko Haram dans la région sud-est de Diffa à la veille d'élections municipales et régionales reportées à plusieurs reprises.

Pauvreté «Notre pays est immense et entouré de zones d'insécurité», a déclaré Bazoum à la radio française RFI le mois dernier.

«Cela demande plus de moyens, surtout plus de troupes… mais sans nous amener à sacrifier ce qui est nécessaire, à savoir l'éducation et le bien-être de notre peuple.»

Le Niger s'est classé 189e, la position la plus basse des nations évaluée dans l'indice de développement humain des Nations Unies 2020.

Environ 42% de la population vivait l'année dernière avec moins de 1,90 dollar (1,56 euros) par jour, selon la Banque mondiale, tandis que près d'un cinquième de sa population croissante de 23 millions d'habitants dépendait de l'aide alimentaire.

L'armée veut doubler le nombre de soldats, mais les dépenses militaires représentent déjà un cinquième du budget de l'État. Le pays accueille également des bases aériennes américaines et françaises qui sont des installations clés dans la lutte contre le djihadisme au Sahel.

Articles récents