Connect with us

Nouvelles

La Russie et le Rwanda envoient des centaines de soldats en Afrique centrale

Published

on

Des gardes présidentiels montent la garde près d'une affiche de campagne du président sortant lors de son rassemblement de campagne d'ouverture pour l'élection présidentielle à Bangui, le 12 décembre 2020. – Le premier tour de l'élection présidentielle est fixé au 27 décembre et les tensions montent entre le parti présidentiel et l'opposition, dans un pays bouleversé par la guerre civile et les groupes armés qui occupent les deux tiers du territoire (Photo de Camille LAFFONT / AFP)

La République centrafricaine a déclaré lundi que la Russie et le Rwanda avaient envoyé des centaines de soldats après une prétendue tentative de coup d'État avant les élections présidentielles et parlementaires du week-end.

Le gouvernement du pays profondément instable a accusé samedi l'ancien président François Bozize de tentative de putsch après que trois puissants groupes rebelles ont fusionné et ont commencé à avancer sur la capitale Bangui.

"La Russie a envoyé plusieurs centaines de soldats et d'armes lourdes" dans le cadre d'un accord de coopération bilatérale, a déclaré le porte-parole du gouvernement Ange Maxime Kazagui.

«Les Rwandais ont également envoyé plusieurs centaines d'hommes qui sont sur le terrain et ont commencé à se battre.

Le Rwanda a confirmé le déploiement, affirmant que cette décision répondait au ciblage de ses troupes de la force de maintien de la paix de l'ONU par des rebelles soutenus par Bozize, qui a dirigé la République centrafricaine de 2003 à 2013.

Il n'y a pas eu de confirmation immédiate de Moscou, bien que le Kremlin ait exprimé sa «grave préoccupation» au sujet des événements en RCA.

Des agents de sécurité privés employés par des entreprises russes assurent déjà la protection du président Faustin-Archange Touadera et participent à la formation des forces armées locales.

Un porte-parole de la force onusienne a déclaré dimanche que les forces rebelles avançant sur la capitale avaient été repoussées et que la situation était «sous contrôle».

L'opposition a demandé que les votes du 27 décembre soient annulés jusqu'à ce que «la paix et la sécurité» soient rétablies.

Articles récents