Connect with us

APO

Guinée Bissau : la Banque africaine de développement renforce les capacités du pays pour la révision de sa Contribution déterminée au niveau national (CDN)

Published

on

Télécharger le logo

La Banque africaine de développement (www.AfDB.org) a soutenu l’organisation à Bissau du 25 janvier au 5 février 2020, d’un atelier de renforcement des capacités de l’équipe locale chargée de la révision de la Contribution déterminée au niveau national (CDN) de la Guinée-Bissau dans son « Volet adaptation » du secteur agriculture, foresterie et autres utilisations des terres (AFOLU).

La session de formation, présidée par le ministre bissau-guinéen de l’Environnement et de la biodiversité, Viriato Luis Soares Cassama, a regroupé vingt-cinq participants, issus des ministères clés impliqués dans le volet adaptation de la CDN. Durant les deux semaines, les experts nationaux se sont penchés sur l’analyse des risques et de la vulnérabilité du secteur AFOLU en Guinée Bissau et sur l’identification et l’estimation des coûts des options d’adaptation.

À la fin de l’atelier, les participants, membres de l’équipe CDN de la Guinée-Bissau ont été déclarés aptes à détecter, analyser et cartographier les dynamiques de changements d’utilisation des terres. Ils sont désormais aussi capables d’analyser les tendances, scénarii et risques climatiques ainsi que la vulnérabilité climatique du secteur agricole, les impacts du changement climatique sur la production agricole et de mettre à l’échelle les options d’adaptation et les coûts des impacts et de l’adaptation.

Al Hamndou Dorsouma, chef de la Division adaptation au changement climatique à la Banque africaine de développement, a déclaré à l’issue de la formation qu’il était essentiel de soutenir la composante adaptation des CDN de la Guinée Bissau, « car à l’image des autres pays africains, la Guinée-Bissau est exposée aux effets néfastes du changement climatique dans presque tous les secteurs productifs de la vie nationale, en particulier sa population et ses écosystèmes naturels ». « La Banque est plus que jamais prête à aider ses pays membres régionaux à renforcer leur résilience face au changement climatique », a-t-il assuré.

En 2015, la Guinée-Bissau, à l’instar de nombreux pays parties à la Convention cadre des Nations-unies sur les changements climatiques (CCNUCC), a élaboré et adopté le document portant Contribution prévue déterminée au niveau national (CPDN). Ce document expose les engagements du pays en matière d’adaptation et d’atténuation face au changement climatique. La ratification de l’Accord de Paris par la Guinée-Bissau le 22 octobre 2018 a  transformé, de fait, la CPDN en CDN qui constitue désormais les engagements du pays sur l’Accord de Paris.

La Guinée-Bissau a intégré une composante « Adaptation » dans sa CDN, mais n’avait alors estimé que de façon très partielle les coûts de l’adaptation sur la base d’un Programme d'Action national d'adaptation aux changements climatiques (PANA). Elle souhaite pour la CDN en cours de révision, affiner cette estimation des coûts des impacts du changement climatique ainsi que ceux des stratégies d’adaptation. Ces souhaits répondent à deux objectifs : communiquer à la communauté internationale les besoins majeurs d’adaptation pour un pays très vulnérable et favoriser la prise en compte de l’adaptation dans l’ensemble des politiques et programmes sectoriels du gouvernement.

C’est pour atteindre ces objectifs que la Guinée-Bissau, à travers le ministère de l’Environnement et de la Biodiversité, a sollicité un appui de la Banque africaine de développement pour l’accompagner dans ce processus de renforcement des capacités de l’équipe chargée de la révision de la CDN.

Un accord-cadre a été signé entre la Banque et le centre régional de formation et d’application en agrométéorologie et hydrologie opérationnelle (AGRHYMET) à cet effet, pour assurer la formation de l’équipe CDN de la Guinée-Bissau sur le volet adaptation du secteur AFOLU.

Articles récents