Connect with us

Nouvelles

Les économies africaines voient des raisons d’être optimistes malgré les crises

Published

on

 Les conomies africaines voient des raisons d tre optimistes malgr les crises NNN De la covid 19 la guerre en Ukraine les crises ext rieures ont mis la pression sur les conomies africaines mais beaucoup sur le continent voient des opportunit s de r formes radicales L Afrique a d j fait preuve d une certaine r silience pendant la pand mie car
Les économies africaines voient des raisons d’être optimistes malgré les crises

NNN FRENCH: Les économies africaines voient des raisons d’être optimistes malgré les crises NNN : De la covid-19 à la guerre en Ukraine, les crises extérieures ont mis la pression sur les économies africaines, mais beaucoup sur le continent voient des opportunités de réformes radicales.

L’Afrique a déjà fait preuve d’une certaine résilience pendant la pandémie, car sa contraction économique a été moins sévère que le reste du monde, diminuant de 2 % contre 3,3 % dans le monde en 2020.

Alors que l’invasion russe de l’Ukraine pèse sur l’économie mondiale, l’Afrique fait à nouveau face à de meilleures perspectives en 2022.

« L’Afrique se dirige vers une croissance d’environ 3,7%, alors qu’en Amérique du Nord et en Europe, le risque de récession est réel », a déclaré l’économiste Lionel Zinsou, ancien Premier ministre du Bénin.

« Nous n’avons pas été les plus grandes victimes de la pandémie, et nous ne serons pas les plus grandes victimes des conséquences collatérales de la guerre en Ukraine », a ajouté Zinsou.

Le conflit en Europe a provoqué une hausse de l’inflation mondiale, mais Zinsou a déclaré que la hausse des prix des matières premières compensera la hausse des coûts d’importation en Afrique.

Un autre signe positif est que la confiance des investisseurs en Afrique a atteint un niveau plus élevé qu’avant la pandémie.

Sur 190 chefs d’entreprise en Afrique interrogés, 78% ont exprimé leur confiance dans leurs perspectives de développement, contre 61% avant la crise du Covid, selon un rapport du cabinet comptable Deloitte.

« Opportunité de transformer » Les retombées de la guerre en Ukraine restent cependant une menace, faisant grimper les prix du blé et d’autres produits agricoles clés, faisant craindre une famine dans certains pays.

« Nous sommes préoccupés par le ralentissement de la croissance mondiale et la disponibilité de certains produits pour l’Afrique, comme le blé ou les engrais », a déclaré le président ivoirien Alassane Ouattara lors de l’Africa CEO Forum à Abidjan ce mois-ci.

Makhtar Diop, directeur général de la Société financière internationale (SFI), une branche de la Banque mondiale, a déclaré que les économies africaines « ont été touchées et n’ont pas retrouvé leurs taux de croissance d’avant 2019 ».

« La situation reste particulièrement difficile avec une inflation qui touche de manière disproportionnée les populations les plus pauvres », a-t-il ajouté.

Mais certains voient la situation comme une opportunité pour les pays africains de planifier de nouvelles stratégies.

« Nous perdons une bonne partie de nos récoltes chaque année en raison du manque d’électricité et de chaîne du froid », a déclaré Zinsou, faisant référence au transport de marchandises qui doivent être réfrigérées tout au long de la chaîne d’approvisionnement.

Ces pertes pourraient être réduites grâce à des investissements dans les infrastructures, a-t-il ajouté.

Pour Diop, « chaque crise est une opportunité de transformer structurellement la situation. Il existe un potentiel de transformation économique des pays africains en augmentant la valeur ajoutée créée sur le continent.

« Obtenir l’indépendance » Certains pays ont accéléré le rythme ces dernières années. La Côte d’Ivoire a construit de nouvelles usines de transformation de noix de cajou, tandis que le Nigeria construit une importante raffinerie de pétrole à Lagos.

En Guinée, des entreprises étrangères ont récemment été mandatées pour construire des usines de traitement de la bauxite.

« L’une des conséquences de la pandémie est que de nombreux groupes ont voulu être moins dépendants des importations étrangères », a déclaré Emmanuel Gadret, responsable de l’Afrique francophone chez Deloitte.

Georges Wega, directeur adjoint des réseaux bancaires internationaux pour la région Afrique du groupe financier français Société Générale, estime que l’Afrique a « beaucoup de potentiel » pour financer ses projets essentiels.

« C’est le moment pour l’Afrique de gagner son indépendance de plusieurs manières. Nous devons compter davantage sur les fonds levés sur le continent que sur la dette extérieure », a-t-elle déclaré.

La Zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA), qui vise à harmoniser les tarifs douaniers à travers le continent, ce qui se fait progressivement, espère dynamiser le commerce intra-africain.

« L’Afrique a été extraordinairement réactive (à la pandémie), financièrement et techniquement, et ce sera encore le cas », a déclaré Zinsou.

Labarai